Petite histoire d’une grande

C’est l’histoire d’une fille qui n’a jamais été petite. Elle fût enfant, adolescente et aujourd’hui adulte. Mais jamais petite.

Enfant, c’était toujours elle la plus grande de la classe, d’une bonne tête et demie. Plus grande que les filles, plus grande que les garçon et aussi grande que la maitresse. Elle s’appelait « la grande perche », « l’asperge », « la cheminée »…

Ado, difficile de trouver un amoureux aussi grand qu’elle mais bon, au moins elle marquait des paniers en cours de sport. Difficile aussi d’être à la mode, sa paire de ciseaux à décousu plus d’un ourlet de pantalon! Il est compliqué d’apprivoiser ce corps qui change, ces courbes qui se dessinent à l’adolescence. Elle essaie, tâtonne, elle y parvient certains jours et d’autres non. « De toute façon t’as d’la chance toi, t’es grande » ah bon? faire 1m80 à 17 ans c’est de la chance? Impossible à croire.

Adulte, il est temps de se sentir femme. Le regard d’un homme la pousse à y croire. Elle le veut bordel! 1m80 et féminine c’est possible! Malgré les kilos post grossesse, c’est possible! Malgré le regard des autres, c’est possible! Elle se sent belle et il la voit belle, c’est gagné! Enfin, presque… Tout au fond d’elle, elle en rêve depuis des années. Les talons hauts. Le comble de la féminité à ses yeux. Les quelques paires de plus de 7cm qu’elle s’est offertes, sont souvent restées dans leur boite. Le cap est difficile a passer, ce mètre 80 qu’elle assume depuis peu deviendra un mètre 90 avec cette paire de chaussures… Elle les enfile, sort de chez elle. Elle se sent encore plus grande certes, mais elle est fière de s’assumer enfin! Elle se sent légère. Et puis cette remarque: « t’es pas assez grande? Il fallait encore que tu en rajoute?? »

Ok. Elle est K.O.

L’enfant et l’adolescente qu’elle était auraient fait demi tour pour troquer cette sublime paire de 10cm contre des petites ballerines inoffensives.

L’adulte qu’elle est aujourd’hui a décidé que non. Cette adulte c’est moi. Et encore mieux que de l’assumer dans ma rue, j’ai décidé de l’assumer ici.

J’ai 29 ans, je mesure 1m80, je porte des talons de 10cm et je suis belle!

photo article

Publicités

Je réponds à tes questions

En voilà un article qu’il est égocentrique!

Mais je vais te confier un secret (chuchotage à l’oreille): j’assume complètement!

Au-delà du trip nombriliste, il faut y voir un coming-out blogesque. Voilà maintenant plus de deux ans que Maman Cool Maman Poule, le blog et la page Facebook, existent. Et j’avais envie de me dévoiler un peu… Pour que toi, lectrice(teur) tu visualises mieux qui se cache derrière ce pseudo. Faisons d’abord un point rapide sur ce que tu sais déjà: tu sais que je suis mariée à l’Epoux qui est agriculteur, qu’ensemble nous avons fait l’Héritier (2 et demi) et l’Asticote (3 mois), tu sais aussi que… euh… voilà c’est tout ce que tu sais! Donc, j’ai fait appel à toi via face-de-bouc. Tu avais le droit de me poser n’importe quelle question et moi le droit à un seul joker. Honnêtement, je m’attendais à « ton prénom? », « où vis-tu? », « comment s’appellent tes enfants? », « quel est le temps de cuisson d’un œuf à la coque? ». Mais non, tu m’as surprise, agréablement surprise! Toutes tes questions sont sympa et originales, je me fais donc une joie d’y répondre.

Orla: Quel âge as-tu? Ton poids et ta taille?

Chère Orla, honnêtement j’ai bien cru utiliser mon joker dès cette première question. Le soucis n’est pas de dévoiler mon âge, j’ai 29 ans et je le vis très bien! Mais bien de te dire mon poids et surtout ma taille… Mais voilà, je me suis dit qu’à 29 ans justement il était temps de m’assumer telle que je suis. Non mais. Alors voilà, je mesure 1m80 et pèse 85kg. Considère ce dernier chiffre comme totalement subjectif étant donné que j’ai pondu l’Asticote il y a juste 3 mois. (Pour info, il m’en reste 10 à perdre pour être bien. Donc « officiellement », hors grossesse, je pèse 75kg)

Audrey: La rencontre avec Papa Poule?

Chère Audrey, en voilà une question quelle est choupinette! C’était il y a presque 6 ans, je terminais ma formation de pompier volontaire (femme, épouse, mère et pompier!) par un stage d’une semaine. J’étais donc stagiaire et lui formateur. Naaaaan j’ai pas fricoté avec le prof pour avoir une bonne note! En fait, il ne s’est strictement rien passé pendant cette semaine, je me suis  dit « c’est qui ce con qui arrive en retard » le premier jour et « il est pas mal le con qui arrive en retard » le deuxième jour. Mais voilà c’est tout! Et puis honnêtement je n’étais pas sous mon meilleur jour durant cette formation: jamais maquillée, en uniforme, dégoulinante de transpiration après les exercices, la morve au nez sous le masque à oxygène… Mais malgré ça,  quelques jours après le stage, il m’a demandé en ami via Facebook, échange de numéro, nuits entières au téléphone, un premier bisou surprise et un mois après on emménageait ensemble!

Virginie: Ton meilleur souvenir d’enfance, d’adolescence avant de devenir maman?

Chère Virginie, difficile cette question… Je crois qu’il n’y en a pas de précis, ou justement il y en a trop… Je me souviendrais toujours de la première fois où je suis allée au cinéma,  mon Papa m’a amené voir « Le Livre de la Jungle » de Disney. L’odeur de la salle de ciné, un moment juste lui et moi… Je me souviens aussi d’un jour de l’an passé dehors, en basket sur la patinoire extérieure de mon petit village de montagne avec la bande de l’époque, je devais avoir 15/16ans et je n’ai jamais eu autant froid ni autant ris de ma vie!

Mylène: Quel métier fais-tu? Es-tu aussi ouf dans la vie que dans tes publications?

Chère Mylène, ça se voit donc tant que ça que j’ai un grain?? Merde… Pourtant quand je publie je me censure souvent! J’écris un truc et puis je reviens dessus en me disant « naaan tu peux pas dire ça! ». Donc, oui c’est vrai je suis un peu givrée, je ne me prends pas tellement au sérieux, ça me fous les j’tons, je veux pas grandir… euh… vieillir, pardon. Et sinon, en plus d’être cinglée, dans la vraie vie je suis fleuriste. Fleuriste en congés parental mais fleuriste quand même! (femme, épouse, mère, pompier et fleuriste! Imagine le bordel pour organiser tout ça…)

Clémentine: la technique dont je t’ai parlé a-t-elle fonctionné?

Très chère Clémentine, en plus d’être frapadingue (cf question précédente), mes amies le sont aussi. Forcément ça n’aide pas! Elles sont tellement givrées qu’elles posent des questions sur ma page Facebook, concernant un sujet d’ordre sexuel abordé lors d’une de nos soirées, pensant innocemment que je vais y répondre comme ça devant tout le monde. En plus d’avoir les fils qui se touchent mes amies sont naïves. Voilà donc ma réponse à ta question: joker!! Mouhahaha!

Accouchement: la naissance de l’Asticote

Haaaa je l’ai cauchemardé rêvé cet accouchement… J’en ai fait des plans sur la comète (en voici un échantillon), j’en ai lu des bouquins, j’en ai passé des heures sur You Tube errant de vidéos en vidéos, je l’ai googlelisé un bon millier de fois « accouchement zen » … Mais rien, je dis bien RIEN, ne m’avais préparé à une naissance comme celle-ci (tu le sens le suspense là).

La veille de la naissance

Je suis à une semaine de la date prévue d’accouchement, et comment te dire… j’en ai marre. Raz le bol, je veux voir mes pieds (et accessoirement mon entrejambe). Surtout que L’Héritière Asticote m’a fait une fausse joie la semaine précédente, 2h de contractions régulières et douloureuses au saut du lit, si bien que L’Homme a fait péter sa journée de boulot croyant que c’était THE big day. Et pis en fait bah nan… poin poin poin poin poiiiiiiiin.

Bref. Comme convenu je passe un coup de fil à ma sage-femme. Elle me propose qu’on se voit dans la journée, histoire « d’accélérer un peu les choses ». Je suis joie!

Une fois chez ma sage-femme, auscultation foufounale: mon col est court et ouvert à deux doigts. Youpla boum tagada tsoin tsoin L’Asticote naitra avant la date prévue! Pour forcer un peu le destin, ma sf me propose de décoller les membranes, bien entendu j’accepte (en fait, j’espérais secrètement qu’elle me le propose). Et contrairement à ce que je pensais: ça ne fait absolument pas mal! Bon, certes, elle enfonce ses doigts jusqu’à te tripoter les amygdales mais honnêtement c’est tout à fait supportable.

Les membranes décollées je rentre chez moi toute guillerette pour annoncer à L’Homme que notre tant attendue Asticote ne devrait pas tarder… D’ici demain ou après-demain. Le goujat n’en croit pas un mot. Après le coup de la semaine dernière, je peux le comprendre.

L’après-midi, je m’étale de fatigue dans mon lit et passe le restant de la journée à pioncer jusqu’à plus soif.

Le soir, je me sens toute chose. Je tourne en rond. Je me couche avec une sensation bizarre.

Le jour J

8h Je pose le pied par terre, aussitôt une contraction me cloue sur place.

8h05 L’Héritier a faim, je prépare le petit-déj’.

8h11 Une nouvelle contraction s’invite dans mon bol de céréales.

8h15 Je dis à L’Homme que c’est le début du travail, j’en suis sûre, lui non. Je lui demande d’appeler sa mère qu’elle se tienne prête à venir chercher L’Enfant. Il ne le fait pas, ça m’agace.

8h22 Encore une contraction. Ca brûle.

8h31 Je comprends que les contractions sont régulières et douloureuses.

9h Après une demie heure passée sur le trône, je sais qu’il ne faut pas trainer. L’Homme comprend (enfin!) que le travail a bien commencé, je réclame ses mains sur mes reins à chaque contractions.

9h09 Contraction à quatre pattes sur le lit

9h17 Contraction agrippée au canapé

9h26 Contraction je sais plus trop où mais contraction quand même

9h58 Je viens de passer la dernière demie heure à contracter toutes les 10 minutes et moins. L’Homme me propose d’aller prendre une douche pour me détendre, j’ai pas envie mais j’y vais quand même.

10h00 Contraction à moitié à oilpé

10h08 Contraction sous la douche. Celle-ci m’envahis particulièrement. Mais je me suis retenue de me suspendre au rideau de douche.

10h10 L’Homme court partout, gère tout, j’en suis incapable. Il habille L’Enfant, appelle sa mère, fini mon sac pour la mater, fait chauffer la voiture. Et moi, je commence à en chier pour parler poliment.

10h23 Les contractions m’envahissent, j’ai dû mal à me concentrer pour ne pas perdre pied. Ils disaient quoi dans ce putain de bouquin déjà?

10h28 Ma belle-mère est là pour récupérer L’Enfant. Nos regards se croisent juste avant qu’une nouvelle contraction me fasse me jeter dans ses bras. Elle me masse le dos, j’ai les larmes aux yeux, son pull est tout doux. L’idée de la péridurale me traverse l’esprit.

10h32 Je pose mon fessier dans la voiture et instantanément une contraction me fait comprendre que le trajet ne va pas être de la tarte.

10h40 L’Homme est concentré sur la route mais me tient la main à chaque contraction. Il est zen, ça m’aide à l’être aussi.

10h47 Mes genoux s’enfoncent dans la boite à gants, je me cambre, la tête en arrière. Je demande à L’Homme si il m’en voudra si je demande la péridurale « Bien sûr que non! ». Comment ai-je pu penser pouvoir m’en passer?

10h51 Nous sommes presque arrivés. Putain de feu rouge de bordel de bite. C’est pas moi, c’est la contraction.

10h57 J’entre dans le sas de la maternité. Une sage-femme nous accueille, je ne la vois pas. J’ai la tête dans la porte, agrippée à la poignée. Je ne vois rien, je n’entends rien.

10h58 La sf nous accompagne jusqu’à la salle d’accouchement n°3. Dans le couloir, je lui dis fuck off le projet de naissance appelez-moi l’anesthésiste tout de suite.

10h59 J’entre dans la salle où va naitre L’Asticote, je fond en larme. La sf me demande si c’est parce que j’ai peur. Non, je suis juste super émue. L’Homme me prends dans ses bras, il est fort, il est droit, il me soutient pendant une énième contraction. La sf voit qu’elles sont très rapprochées et veut m’ausculter tout de suite.

11h09 Mon téléphone sonne. Je décroche, c’est mon Papa. Juste le temps de lui dire où je suis et une autre contraction me brûle le bassin. Ses mots sont doux et me donnent confiance en moi.

11h10 La sf m’ausculte avec douceur. Je prie intérieurement pour être au moins à 5 petits centimètres.

11h11 7 bons centimètres! Presque 8! Je suis tellement soulagée d’être arrivée jusque là, j’en pleure! Je suis fière de moi, assez pour m’accorder la péridurale

 11h13 Une petite bonne femme entre dans la salle, je me tord, je souffle, mais je souris: c’est l’anesthésiste

11h15 Elle commence a me « préparer ». Les contractions ne me laissent aucun répit. J’ai très envie de pousser

11h16 J’ai VRAIMENT envie de pousser là! La sf m’ausculte: je suis à complète dilatation… tout s’accélère. L’anesthésiste me dit que ça ne sera pas possible pour la péridurale, je suis terrifiée et je le dis. L’Homme me tient la main, me parle, me dit que j’en suis capable. Finalement, je vais l’avoir mon accouchement sans péridurale.

Je ne peux pas attendre que la sf s’installe, je lui annonce que je pousse.

Les yeux fermés je ressens tout ce qui se passe en moi. La petite tête de L’Asticote glisse lentement. Je me sens forte et invincible. Le temps est comme suspendu. Plus aucune douleur de contraction seulement une intense brulure. Une brulure qui soulage, qui ouvre. Je pousse trois fois et je sens son petit corps glisser hors de moi.

Mes yeux s’ouvrent sur ma fille. « C’est merveilleux! » sont les mots avec lesquels je l’ai accueilli. Il est 11h21. Soit 21 minutes après être arrivés à la maternité.

 

 

 

 

 

 

 

 

Des doudous par miliers

IMG_3468

A première vue, la couleur est un petit peu défraichie, usée, on voit qu’il a du vécu déjà. Les trainages dans les flaques d’eau, les écrabouillages intempestifs, les oublis sous le canapé à copiner avec les moutons de poussière: ça le connaît! Mais lors d’une seconde approche, on est direct KO, frappé par son odeur venue d’un autre monde. Oscillant entre le fennec en rut et le torchon humant le chien mouillé. Autrefois il sentait si bon l’odeur de notre tout petit… le Mixa bébé… la lessive… le frais… Lointain souvenir.

Notre Doudouquipue il n’est plus très joli.

Notre Doudouquipue il sent mauvais.

Notre Doudouquipue il fait partie de la famille et on l’aime d’amour.

Notre Doudouquipue est réconfortant et accompagne dans les bras de Morphée, il sèche les larmes (presque) aussi bien que Maman. Il joue, saute, rit quand on lui demande, sait se faire tout petit. Notre Doudouquipue est précieux.

Au commencement, Doudouquipue était un tee-shirt de grossesse qui a atterri comme ça, sans trop savoir pourquoi, dans le lit de L’Enfant. Une nuit… puis deux… puis 100…

Doudouquipue on t’aime!

IMG_3468

Seulement voilà, dernièrement je ne sais pas si L’Enfant a voulu présenter des potes à Doudouquipue pour lui créer une vie sociale plus sympa mais le fait est que Doudouquipue n’est plus seul. Il n’en reste pas moins le préféré, le chouchou. Il est celui qui suit L’Héritier partout, qui s’endort au creux de ses bras. Mais c’est certain la bande s’est agrandie. La voici qui a débarqué du jour au lendemain dans le lit de mon fils:

IMG_3467

Minnie, Bébé, Mickey, Marmotte et Zazou

« Où est le problème? » me diras-tu. Et bien, le problème ma bonne dame c’est qu’actuellement L’Enfant, L’Epoux et moi cododotons régulièrement en fin de nuit, ce qui n’est pas un problème en soi d’ailleurs. Ce qui commence à me gonfler un chouïa c’est que Doudouquipue et sa bande s’invitent dans notre lit aussi, sous peine de non-réendormissage de L’Héritier.

Fais le calcul, L’Héritier, L’Homme, Doudouquipue, Mickey, Minnie, Bébé, Marmotte, Zazou, moi et L’Asticote qui, pour le moment est au chaud dans mon bidon mais d’ici deux mois sera sortie, et bien ça fait 10! Nous sommes 10 dans mon plumard!

Alors voilà, à 8h le dimanche matin quand L’Enfant s’en va tranquillement regarder Gulli, et que L’Epoux et moi en profitons pour (rhoo tout de suite! T’as l’esprit mal tourné dis donc!) prolonger notre nuit en une grasse matinée, et bien ça frise la partouze polygamie!!

That is the problem!

Ils puent, ils sont un peu pas beaux, encombrants ect… mais on les aime nos Doudou! Alors, super big up à nos Doudous! Ouaiiiii gros!

boubou doudou (2) doudou (3) Doudou Pipimane et doudou minou Minnie Merlin lobster kikey doudou raymond

Le dico d’un enfant de 2 ans

« Maman. Dis ma-man. Mmmmaaaaa mmmmman. Maman »

« Glaboutch. »

« … »

Ca c’était moi et l’Enfant il y a un peu plus d’an.

Son premier mot fût Papa (l’ingrat), puis chat et enfin Maman. Bon je me trouve plutôt chanceuse, je suis sur le podium… mais après le chat tout de même. Donc voilà Le Sacapuss détrône comme ça d’un coup de langue sur ses moustaches, 9 mois de grossesse, un accouchement, une épisio, un périnée labouré, 20 mois d’allaitement. Passons…

En un an L’Enfant a grandement enrichi son vocabulaire:

  • La famille:

PAPA, MAMAN, PAPI, MAMIE, TATA, TATI (Cathy), TONTON, DOUDOU (doudouquipue)

  • Les objets:

ATO (marteau), TITI (tétine), BA (bain), CHETTE (chaussettes), Ké (clefs), PAPO (chapeau)

  • Les transports:

BATO (bateau), VOU (voiture), CRRR CRRR (tracteur), TCHOU TCHOU (train), TO (moto), PAPOM (pompier)

  • La nourriture:

TINE (clémentine), MIA MIA (manger), PA (pain), BANA (banane), KII (kiri), BIM BIM BIM (babibel), LAI (lait)

  • Les animaux:

VOU (vache), CHA, TOTU (tortue), CAGO (escargot), BOU (éléphant… oui oui.)

  • Les parties du corps

DO (dos), PIé PIé (petits pieds), GUIGOUI (ziguigoui), MA (main)

  • Les sensations et sentiments:

JA PEU (j’ai peur), JA TAI (je t’aime), CHO (chaud), JA BOBO (j’ai mal), JA DA (je danse)

  • La politesse:

ASSIA (merci), AVOI (au revoir), AVA (ça va?)

  • Les dégueux:

CACA, PIPI, PROUT, NIKEY (mickey)

Mais là où tout cela devient vraiment parlant, c’est quand ces associations de mots deviennent des presque phrases. Démonstration:

AVOI MAMAN JA PAPO Ké VOU PAPA: au revoir maman je mets mon chapeau, je prends les clés de la voiture de papa.

 

Ces syllabes sortant de la bouche de nos Lutins compréhensibles uniquement par nous les parents donnent souvent lieu à de jolies perles. Voici juste pour toi une compilation des mignonneries de nos Bambins. (Périnées fragiles s’abstenir)

  • Les mignons:

Une puce de 2 ans a des chaussures qui KINOTTE (clignotte).

L’éternel mais néanmoins efficace et craquant APU quand quelque chose est fini.

Dans le même registre, le choupinet PATOU quand il y en a vraiment partout!

Pour un certain bout de chou, tout ce qui ce mange c’est PAPATE, à croire que ça maman ne lui fait que des nouilles!

Une mention spéciale pour le mignon APOU quand ça pue!

 

  • Les efficaces:

Ici ces deux bambins ont bien compris comment se faire comprendre sans efforts. Rapidité! Efficacité!

Voilà comment appeler sa Maman et son Papa en même temps: MAPA!!

Pour un autre Lutin, tous les messieurs sont des PAPI!

Voilà! Efficaces et intelligents ces petits.

 

  • Les incompréhensibles:

Seule la maman de cette petite choupette peut deviner et comprendre que CACA désigne sa zézette. Je lui accorde le prix d’honneur CDMTE (Compréhension Des Mot Tordus d’Enfant).

 

  • Les ingrats:

Cette anecdote a mit à rude épreuve mon périnée mouliguasse… Comme je te l’ai dit plus haut L’Enfant à su dire CHAT avant MAMAN, cette maman a vu son nom être détrôné par CACA. L’ordre des priorités de cette enfant: PAPA, CACA, MAMAN. Tout est dit…

Mais celle qui a eu l’honneur, que dis-je, le privilège! De me faire sortir une goutte de pipi (je t’ai prévenu, j’ai le périnée pourri) c’est l’histoire de cette maman: A un an sa fille savait dire PAPA. Les jours, les semaines, les mois passaient et toujours pas de MAMAN à l’horizon. Imaginez le désarroi de cette mère, qui a porté cette enfant, lui a donné la vie, s’est privée de choses délicieuses mais prohibées pendant 9 longs mois de grossesse! Assistants impuissants à la tristesse de leur fille, les grands-parents ont tenté d’apprendre le mot MAMAN à leur petit-enfant. La petite, attentive à la leçon de ses aïeux lui répétant MAMAN, se tourne vers sa mère, la regarde, ouvre la bouche et dit DINDON.

Ingrats je vous disais.

 

  • Les censurés:

Imagine, un supermarché bondé, un enfant hurlant BIIIITE BITE pour un paquet de CHIPS. Mortification maternelle.

Ce petit garçon qui s’ameuble chez NIKEA, la célèbre chaine d’ameublement suédoise.

Quand COUCOU! laisse place à un joyeux CUCU!

 

Mille merci à toutes mes likeuses de folies qui ont partagé sur ma page Facebook toutes ces jolies perles du langage de leur chère marmaille: Kouk Alie, Aurélie, Amélie, Alexandra, Julie, Clémentine, Jenny, Margaux, Bilitis, Virginie et Charlène!

 

 

 

Les indispensables de la valise pour la maternité

Toute maman étant passée par la case « enfantement » a connu la préparation de sa valise pour la maternité. Il est relativement facile de se procurer la liste du bordel des affaires qu’elle doit contenir. Alors quand vient l’heure de partir pour la mater, tu y roules (oui, à neuf mois de grossesse, tu ne marche plus. Tu roules) accompagnée de ton cher et tendre chargé comme une mule. Entre la grosse valise contenant toutes tes affaires et celle de bébé pour les 4 prochains jours, le petit sac pour la salle d’accouchement et enfin ton inséparable sac à main, tu te dis que c’est tu as tout ce qu’il faut. Petite naïve.

Car une fois sur place, tu te rends compte que malgré le fait que tu ai emporté l’intégralité de ton dressing, il te manque tout de même deux trois trucs. Oh trois fois rien, des babioles, de quoi remplir un quatrième sac!

Alors grâce à toi, oui TOI, qui m’a fait part via ma page Facebook des choses qui t’ont sauvé la vie lors de ton séjour post-ponte d’enfant, je te présente officiellement le bordel indispensable que doit contenir ta valise pour la maternité!

  • L’Homme (Tu ne le mettras pas dans la valise celui-là. Bien trop précieux!)
  • De la bouffe (Pour les plus téméraires: un bon gros Macdo bien gras.)
  • Des vêtements larges et foncés (ton jogging spécial glande sur le canapé sera parfait. Pour la sexitude on repassera.)
  • L’éternel brumisateur
  • Le kit spécial nichons: crème anti-crevasses, bouts de sein en silicone, numéro de tel d’une conseillère en lactation, coussinets, soutifs d’allaitement.
  • Appareil photo, portable et CHARGEUR!!!
  • Tétine pour bébé
  • Deux paquets de serviettes hygiéniques supra maxi ultra ++
  • Le kit spécial fraicheur: déo, lingettes rafraichissantes
  • Le kit spécial tête de lendemain d’accouchement: fond de teint, anti-cernes, blush, mascara, gloss
  • Thé et tisanes
  • Un oreiller qui sent bon la maison
  • Un sac en rab (encore?!) pour ramener tous les cadeaux
  • Une playlist sympa
  • Une petite robe pour se sentir féminine et pour les visites
  • Son sang-froid pour les chambres doubles
  • Quelques rouleaux de PQ (cherche pas, tu me remercieras)
  • Le kit spécial Baby Blues: du chocolat, des mouchoirs et des magasines
  • Le kit spécial foufoune: de l’huile d’arnica (quelques gouttes sur ta serviettes hygiéniques), une bouteille d’eau (à verser pendant que tu fais pipi pour diluer et éviter les brulures sur ta nouvelle amie: ton épisio!)
  • Une veilleuse (pour éviter le néon de la chambre qui t’arraches les pupilles pendant la tétée de 3h du mat’)
  • Un tapis de bain (ou le double voir le triple du nombre de paires de chaussettes)

Et te voilà parée pour la maternité et son univers impitoyaaaaaableuuuuu!!

Merci à Bilitis, Aurélie, Stéphanie, Christelle, Marie-Laure, Kali-Chiaravan, Amélie, Lucie, Delphine, Pé, Mina, Christèle, Emmanuelle, Audrey, Marie, Margaux, Céline, Marion, Charlène, Julie, Delphine pour avoir participé et m’avoir beaucoup fais rire avec vos commentaires!

La liste de naissance de mes rêves.

Avec la 27ème semaine de grossesse vient le temps des préparatifs. Ce week-end, l’Epoux et moi avons fait la liste de naissance de l’Asticote (liste de naissance crée sur le site spécialisé Ookoodoo qui est super top, je te le recommande, mais c’est une autre histoire.) Bref. Entre le choix des papillons ou des étoiles pour les motifs du tour de lit de la Grenouille, je me suis demandée ce que je souhaitais VRAIMENT voir sur cette fameuse liste.

Je me suis donc prêtée au jeu.

Voici donc, LA LISTE DE NAISSANCE DE MES REVES! Tadaaaaaaaaa!

  •  Une (voir deux, trois ou dix) nuits complètes.
  • Des bons pour une heure de ménage à mon domicile
  • Un périnée neuf.
  • Un lot de soutien-gorge d’allaitement chics et jolis (Non mais avouons-le, ceux que l’on trouve dans le commerce sont carrément mochissimes!)
  • Un bon pour un séance chez le coiffeur.
  • Un joker pour refuser une visite (Alors, oui des fois c’est franchement relou de recevoir des gens chez toi à peine rentrée de la maternité. Par « gens » j’entends: personnes n’ayant jamais prit de nouvelles pendant ta grossesse, ayant vu l’ainé une fois quand lui aussi sortait fraichement de ton bidon, et qui considèrent cette visite comme une attraction.)
  • Un ventre plat ET ferme (Oui, bon, on a dit REVES je te rappelle!)
  • Un congés paternité de 60 jours.
  • Bon pour un chef cuistot à domicile pour une semaine.
  • Une machine à laver-trieuse-sécheuse-rangeuse-de-linge
  • Un lave-range-vaisselle
  • Lot pour une mine radieuse et un teint parfait.